Qu’est ce que l’AT apporte au monde ?

Maryline Authier (PTSTA-E), Nadia Baumann (CTA-E), Marie-Paule Boder (CTA-C), Alexa Briancourt (sous contrat), Patrick Caloz (202), Catherine Corbaz (en formation), Jacques Dekoninck (TSTA-E, CTA-O), Genri Fais (202), Madeleine Laugeri (TSTA-O), Catherine Meyer (CTA-P), Magali Morier (101), Geneviève Spring (PTSTA-C), Martine von Scarpatetti (101)


Cet été, nous vous avons invité⋅e⋅s à témoigner pour connaître votre expérience de l’Analyse transactionnelle. Nous vous partageons ici les réponses que nous avons obtenues.

Méthode : questionnaire qualitatif semi directif en ligne.

Résultats : 15 personnes ont témoigné. 13 ont accepté que leurs réponses soient partagées.


Quel problème ou intérêt vous a fait débuter une formation en AT au delà du 101 ?

  • Une crise professionnelle, un changement d’orientation.
  • Le besoin d’approfondir les mécanismes de communication entre les individus.
  • Ayant pu me rendre compte de l’efficacité de l’approche AT au cours d’une consultation pour un problème personnel, j’ai décidé de me former comme psychothérapeute dans cette approche.
  • Un conflit.
  • Les aspects pédagogiques : langage clair, diagrammes, théorie applicable à différents types de situations ; la notion de contrat concerté client-therapeute, le parcours psychothérapeutique personnel du thérapeute, la pratique supervisée du thérapeute, la charte éthique.
  • Je suivais une thérapie avec une Analyste transactionnelle certifiée et j’appréciais les concepts clairs et éclairants, surtout celui des trois États du moi, de l’AT, qui permettent que chacun réfléchisse sur la manière dont il est en train d’agir et le rendent autonome.
  • Dès mes contacts, l’AT a été au cœur de mes pensées, de ma vie, et j’ai souhaité en faire une carrière.
  • L’envie de mieux me connaître et de comprendre mes blocages émotionnels. Le souhait d’avoir davantage d’outils professionnels. L’envie de me réorienter professionnellement.
  • Des problèmes de communication. Le constat de certaines limites personnelles et/ou professionnelles. Le besoin de mieux comprendre la nature humaine, comment elle fonctionne.
  • La lecture du Manuel de l’Analyse transactionnelle de Stewart et Joines, pour une formation en développement organisationnel, m’a permis de donner du sens à certains de mes problèmes sur le plan privé : le départ de ma fille, mon couple. J’ai tout de suite apprécié l’AT, les schémas simples et cela m’a motivé à me former en AT. Et depuis 10 ans je poursuis ce chemin.
  • J’étais psychosociologue et je désirais enrichir ma formation.
  • Après une Formation d’Arthérapeute, j’ai eu besoin de mieux comprendre les mécanismes humains en terme de communication : pourquoi, pour qui et comment. L’AT était exactement ce qu’il me fallait. La créativité s’associe parfaitement bien avec l’AT.
  • Le besoin de supervision dans le cadre de mon activité professionnelle.

Si un⋅e ami⋅e vous demandait les trois forces de l’AT par rapport à d’autre approches, que lui diriez-vous ?

  • Clair, valorisant, puissant.
  • La visualisation des processus. Le rapprochement avec les situations du quotidien. La possibilité de développer l’AT selon les expériences eues.
  • La clarté de la démarche au moyen du contrat thérapeutique. La diversité des outils thérapeutiques permettant une approche unifiante des aspects cognitifs, comportementaux, émotionnels, imaginaires. Une approche intégrative des niveaux intra-psychiques et inter-relationnels.
  • Simple, complexe, applicable.
  • Les concepts visuels simples et parlants sur lesquels on peut s’appuyer. La philosophie OK-OK. La méthode contractuelle qui permet à la personne en demande de choisir ce qu’elle veut travailler.
  • L’AT simple, profondément humaine et spirituelle, accessible à tous les milieux, tous les âges, tous les statuts sociaux. Aussi bien la théorie des groupes que la théorie du fonctionnement de la personnalité et du développement de l’enfant. C’est sa caractéristique contractuelle dans tous ces contextes qui lui donne son originalité et sa puissance.
  • Une simplicité de compréhension mais pas simpliste. L’AT est facilement accessible, elle ne se veut pas élitiste. La pertinence et l’adéquation des modèles en lien avec la réalité. Un approfondissement par couches et selon les besoins. L’AT est très pointue et peut permettre d’accéder à de réels changements intrapsychiques.
  • Une vulgarisation de problèmes universels. Une orientation solution. Une philosophie humaniste.
  • Des schémas simples à dessiner au coin de la table pour éclairer des situations difficiles. Des outils et des schémas multiples différents au sein desquels on peut choisir ceux qui nous conviennent. Des champs différents : éducation, organisation, etc. Une éthique rigoureuse.
  • Une approche pragmatique, humaniste et rigoureuse.
  • La structure des Concepts Berniens est un PLUS autant pour ceux qui sont dispersés que pour ceux qui sont enfermés… Une approche au demeurant simple qui cache une subtilité extraordinaire. Un retour à ma propre vérité avec l’analyse du Scénario et bien entendu le P. A. E., les États du moi, et j’en passe… L’AT est un moyen sûr de se connaître soi-même si on veut bien faire l’effort de sortir des méconnaissances.
  • Une mise en pratique facile. Un concept simple à conceptualiser. Une approche constructiviste.
Nature vue à travers une sphère. Source : Bogdan Dirică, Pexels.

Si vous deviez témoigner en deux ou trois phrases ce que l’AT vous a apporté dans votre vie, notamment professionnellement, que diriez-vous ?

  • Cela m’a permis de prendre conscience de ma responsabilité, de me donner la permission de clarifier des malentendus, et de faire confiance en la capacité de l’autre à changer.
  • Une meilleure connaissance de l’identification des problématiques a un certain moment donné. Ceci grâce aux États du moi. Grâce à cette classification, lors de consultations, je suis en mesure de pouvoir identifier si oui ou non ceci est une problématique première ou secondaire. En fonction de cette identification, je peux identifier s’il y a besoin d’une procédure spécifique ou autre.
  • Une énorme satisfaction de pouvoir accompagner de façon efficace mes patients. Un intérêt constamment renouvelé à travers les formations continues, les développements de la théorie.
  • Référence, ouverture, capabilité.
  • Un cadre de références performant complexe et néanmoins accessible et partageable.
  • Une position de vie où je suis responsable de ce que je fais. Une puissance donnée par les permissions et les protections. Une compréhension de qui je suis, mes vulnérabilités et mes forces.
  • Beaucoup de développement personnel, de satisfactions en clientèle et une véritable aisance matérielle.
  • L’AT m’a permis une réelle connaissance et compréhension de qui j’étais, qui je suis, et qui je veux être. Elle m’a ouvert des nouvelles options pour agir avec plus de conscience. Professionnellement, l’AT m’a permis de mettre davantage mes limites, d’oser dire non, de prendre la distance nécessaire avec mon vécu personnel. C’est suite à tout mon parcours en AT que je me suis réorientée professionnellement en me mettant à mon compte et que je vis cette aventure avec beaucoup de plaisir, de satisfactions et de reconnaissance !
  • Une grille de lecture de problématiques rencontrées dans ma vie personnelle et professionnelle. Des prises de conscience permettant des changements de comportement. Une transformation intérieure.
  • L’AT m’a beaucoup apporté. C’est elle qui m’a aidé à comprendre qui je suis, à mettre des mots sur les difficultés rencontrées. Sur le plan professionnel, elle me permet, d’une part de mieux comprendre et analyser ce qui se passe dans les groupes et les organisations et d’autre part de prendre une certaine distance émotionnelle. Grâce à cela je peux réfléchir à des actions, des pistes pour agir mieux, ou trouver des pistes pour débloquer des situations plus ou moins difficile. Elle me permet aussi d’accompagner mes collègues et de prendre soin de moi. De plus elle repose sur des principes.
  • Elle m’a permis de travailler durant 25 ans avec des ouvriers sidérurgistes. Elle m’a permis de me questionner sur ma pratique de consultant. Elle m’a appris à faire confiance et à laisser l’espace aux personnes avec qui je travaillais.
  • L’AT m’a apporté un moyen de me sentir beaucoup plus à l’aise avec le travail art-thérapeutique. L’AT m’a beaucoup apporté dans mes relations personnelles, et professionnelles… je pense que l’AT est une école de compréhension de la communication. Elle ouvre sur tous les possibles pour soi et / ou pour l’autre. Elle permet des rencontres structurées, cadrées, évolutives qui positive l’accomplissement de soi et l’autre. Elle aide à devenir un Adulte conséquent.
  • Des clés de lecture et une attitude OK / OK.

Quels sont les points d’amélioration de l’AT par rapport à d’autre approches ?

  • L’AT est utilisable dans des contextes multiples, variés et est rapidement compréhensible et utilisable.
  • Je pense que l’AT n’a pas assez de visibilité ou alors est mal catégorisée. Je peux imaginer dans le futur une formation de coaching en développement personnel avec comme outil de base l’AT. Si j’avais suivi cette formation avant, j’aurai été un meilleur formateur et un meilleur praticien.
  • L’AT comme approche psychothérapeutique gagnerait à être plus visible dans les universités formant les psychologues. Elle gagnerait aussi à se démarquer plus nettement des autres champs.
  • Des projets recherches et développements pour constituer un corpus qui permette sa reconnaissance au niveau universitaire. Et par conséquent une reconnaissance renforcée de ses praticiens.
  • Que les concepts soient utilisés pour soi et non pour juger ou classifier les autres. Que l’empathie, l’acceptation et la compréhension prennent le pas sur une confrontation humiliante.
  • La diffusion de la théorie et de son approche sont insuffisantes et partielles parce que limitées éthiquement aux diffusions d’approches psycho-thérapeutiques. L’assimilation de l’AT à une approche psychothérapeutique seulement, alors qu’une majorité grandissante de praticiens fonctionne dans d’autres champs. La coopération et la solidarité entre praticiens.
  • Le coût élevé de la formation par rapport à d’autres formations reconnues. Je crains que c’est une des raisons qui poussent les personnes à se tourner vers d’autres outils. L’association travaille à faire reconnaître l’Attestation et le CTA pour obtenir des passerelles à des brevets fédéraux (brevet de formateur d’adultes, etc.). Il faut continuer (ex. brevet fédéral en coaching ?) ou proposer des formations en Suisse qui combinent formation et coaching et AT (reconnues ICF comme le fait l’EATO à Lyon). Les jeunes vont changer de métier plusieurs fois dans leur carrière, s’il faut cinq ans pour une reconnaissance, c’est trop long (ça aide encore moins si on a déjà un driver « fais effort » !). La conséquence est qu’il y a de moins en moins de personnes formées et certifiées et le risque est la disparition de l’AT. Pourtant la volonté d’Eric Berne était que l’AT soit accessible à tous ceux ayant souffert de l’esprit de corps de la communauté des psychanalystes. Il me semble que les successeurs ont recréé inconsciemment la même chose. C’est dommage.
  • Vaste question… La reconnaissance de l’attestation. La visibilité et les forces de cette méthode, avec des exemples pratiques. Une foire aux questions.
  • Développer une vision systémique du contrat. Ouvrir la problématique des champs. Simplifier les exigences de la formation. Laisser de l’espace à la créativité tout en gardant de la rigueur.
  • Je ne pense pas que l’on puisse envisager d’améliorer l’AT en temps que telle. Les concepts sont parfaits…. ils ont d’ailleurs été repris par de nombreux thérapeute en thérapies cognitivo-comportementales… et NON… j’aime pas l’amalgame. Mais… j’aime l’idée de l’apprivoisement avec la créativité jointe à l’exercice de l’AT.
  • Une meilleure connaissance du nom et de la solidité des bases théoriques. Souvent les outils de l’AT sont connus dans les entreprises, mais les gens ne savent pas qu’il s’agit d’AT.

Texte sous license Creative Commons Attribution – Partage dans les mêmes conditions 4.0 International.

Témoignages recueillis par Fabio Balli.