Hommages à Jenni Hine

Découvrez ci-dessous deux hommages de Mireille Binet et Brigitte Muller, un message de notre présidente, des informations de la famille, et une liste d’articles de Jenni Hine.

Jenni Hine. Source : Marion, site de célébration

Un mémorial sera organisé en anglais le dimanche 13 décembre à 16 heures. Bill Cornell, ami de longue date, collaborateur et professeur de Jenny, a gentiment accepté d’animer ce moment de commémoration et de célébration. Vous aurez le temps de réfléchir à Jenny et à sa vie.
Pas d’inscription. Se connecter à l’appel.

Hommage de Mireille Binet

Jenni Hine nous a quitté, le 20 octobre de cette année 2020.

C’est avec tristesse que je viens poser quelques mots pour exprimer ici toute ma tendresse à la femme toute menue et pourtant si vive, rayonnante, pleine d’humour et d’humanité, percutante aussi, volontaire, passionnée que fut Jennifer Hine.

Jenni, j’ai envie de m’adresser à toi, telle que je te vis encore en moi, tout comme, j’en suis sûre, en beaucoup de personnes.

« L’Analyse Transactionnelle a été l’éveil pour moi, construisant un pont avec l’expérience (de ma propre) psychanalyse, mais tellement plus saisissable ; on en voyait les effets tout de suite » disais-tu dans l’édition spéciale 2005 de la revue Métamorphose, interviewée par Christiane Froidevaux, Marcel-Raymond Vonnez et Patricia Roberts. Tu as été parmi les pionnières en Suisse romande. « Mon aventure a commencé à Villars en 1984, entourée d’Eléonore Fawaz et Rosette Poletti ».

Quand tu as présenté ton TEW, tu souhaitais une formation structurée, permettant une progression encadrée, et non une formation que chaque personne intéressée par l’AT devait construire à sa propre initiative. Ainsi est né, avec Anne-Marie Guicquéro, le Centre AT-Genève de Founex, dont les 20 ans d’existence ont été fêté en 2013.

Tu as été aussi l’une des premières personnes, en dehors de mon cercle privé, à m’accueillir en Suisse en 1990, m’embarquant illico dans le comité de l’ASAT-SR comme rédactrice de Métamorphose. Et nous ne nous sommes plus quittées : 101, 202, séminaires d’approfondissement, puis toute la trajectoire jusqu’au CTA et au-delà. En parallèle, tu m’as offert dès les premiers mois l’occasion d’être ton assistante dans ton groupe de thérapie.

Je fais souvent ce geste, en parlant de toi, la main ouverte, paume tournée vers le haut, en élan vers le haut, comme quand on lance un oiseau pour soutenir son envol. C’est ce que tu as fait avec moi et avec tant de tes élèves, en compagnie d’Anne-Marie, puis plus tard, Yves Verdier.

Tu as eu à cœur d’amener en Suisse des formateurs venant d’ailleurs, dont William F. Cornell, Bill. Tant de personnes ont bénéficié de vos personnalités si différentes et pourtant si complices ! Trente ans après, Bill est toujours là !

Tu t’es battue pour la reconnaissance suisse de ton titre de psychothérapeute, allant jusqu’au Tribunal Fédéral pour cela, malheureusement sans succès. Dans cette même période, s’ouvrait à l’Université de Lyon la FPP, Formation Par la Pratique, initiée par Alain Noël Henry. Tu voulais obtenir le Master en psychologie. Pour cela, tu as présenté ton sujet au Conseil des enseignants du cursus : « Structure du cerveau et Etats du moi ». Ce sujet n’ayant pas été accepté, tu as renoncé. Tu étais prête à mettre de l’énergie dans ce cursus seulement s’il pouvait servir ta passion, l’AT.

Finalement tu as écrit un article puissant sous ce même titre, article paru en avant-première dans la revue citée précédemment. Quand tu as dû renoncer à l’obtention de ce titre officiel pour toi, tu as continué à te battre pour cette reconnaissance pour les futurs psychothérapeutes en Analyse Transactionnelle. Margareta Robinson s’est battue à tes cotés, en devenant Présidente de l’Association nationale suisse (ASAT), pour condenser l’énergie de tous les psychothérapeutes dans ce but de reconnaissance, et faire de l’ASAT un interlocuteur politique face aux associations de psychologues et psychothérapeutes, réticentes à accueillir les analystes transactionnels. Merci à Mireille De Meuron, Paola Nadas, Raquel Boronat et tant d’autres. Je vous dois, comme beaucoup, la reconnaissance de mon titre de « Psychothérapeute spécialisée en Analyse transactionnelle ». Beaucoup d’autres s’y sont attelés depuis. Nous sommes en pause sur ce thème.

Un jour, je veux y croire, les recherches scientifiques nécessaires à la reconnaissance de l’efficience et l’efficacité de l’AT en psychothérapie permettront cette reconnaissance en Suisse et ailleurs.

Soutenue dans la valeur de ta pensée par des collègues passionnés eux aussi – je pense à Bill Cornell, à Anne-Marie, à Fanita English – , tu as approfondi certains concepts fondateurs et plusieurs de tes articles ont enrichi la théorie de l’AT : « la dynamique de positions de vie », « La nature bilatérale des jeux psychologiques », « Structure du cerveau et états du moi », etc.

Je veux aussi mettre en lumière l’énergie que tu as mise au service de la spécificité du champ Conseil. Tu as participé à la clarification de ce champ, faisant partie du Counselling Task Force de l’ITAA et de l’EATA qui ont travaillé conjointement à l’ensemble des documents caractérisant : la définition du champ, le cadre de référence de la pratique en conseil / guidance, le cursus de formation champ Conseil et les nouveaux critères pour l’examen oral CTA Conseil. Depuis, ce champ a fait des émules, la Suisse étant un vrai porteur de flambeau de celui-ci.

Nous sommes nombreux et nombreuses à t’être profondément reconnaissants formateurs et formatrices issu.e.s de ton enseignement, mais aussi patients et patientes de tout ce que tu nous as légué : ton enseignement, bien sûr, mais aussi toute ta confiance à poursuivre le partage de tes valeurs de confiance en l’être humain., avec nos faux-pas et notre pouvoir de pardon.

« Ce n’est jamais trop tard, nous disais-tu. A 50 ans, on peut démarrer sur une nouvelle voie ! Quelqu’un qui doute, qui se voit comme petit, qui ne s’estime pas leader, peut le devenir et amener des gens plus loin » (mai 2005, revue Métamorphose, ASAT-SR). Tu nous disais aussi : « Ne regardez pas l’autre comme fragile: il a plus de ressources que ce que tu crois, et parfois qu’il ne croit lui-même. ».

J’ai eu l’honneur de prendre le relais du Centre AT-Genève, entourée de Margareta, Sally, Jocelyne, après ton départ de la Suisse pour ta nouvelle destination à Halesworth. D’autres ont pris le relais, Sylvie Monin et Yves Miglietti dans ATRIUM-Institut à Genève, d’autres ont essaimé dans la création de leur propre structure de formation. Je suis sûre que tu en fus très honorée, leur souhaitant à tous un plein succès. Merci à toi.

En ce jour du 6 novembre, jour de la cérémonie en l’honneur de ton adieu au monde terrestre, nous serons nombreux et nombreuses à t’envoyer une tendre pensée et l’expression de notre immense gratitude.

Source : John Nail, pexels.com

Hommage de Brigitte Muller

Je suis profondément triste de savoir que Jenny n’est plus parmi nous…

Heureusement elle laisse tellement…
… de souvenirs dans le cœur
avec sa manière de nous encourager à entreprendre
saisissant le moindre signe de notre volonté pour cela
et nous donnant notre chance d’exercer, avec bienveillance et sécurité

…tellement de souvenirs dans la tête aussi
avec ce qu’elle a développé comme concepts et comme pratique
pour d’améliorer les relations avec les autres et avec soi-même
à mon tour j’ai beaucoup transmis ce qu’elle m’a appris 
dans l’esprit ou elle l’a donné

avec toute l’importance de la nuance :
«  Tu pourrais voir cela ‘un brin’ plus… »

et avec cette attitude de base de l’AT
qui vise à se considérer et considérer l’autre comme OK
aussi bien dans l’enseignement, avec les clients 
que dans la vie quotidienne

sans que cela soit bien pensant ou gnangnan
car, pas dupe, elle avait alors un petit sourire 
et quelques mots plein d’humour 
pour rappeler à la réalité 

en bonne anglaise, elle était pragmatique 
et c’est ce que j’aimais
et cela m’a confortée dans la pertinence du conseil
qu’elle a promu en Suisse et ailleurs.

simple et modeste, comme Mervyn son mari
c’étaient de belles et grandes personnes 
qui ont apporté beaucoup au monde
et énormément personnellement 
à ceux qui les ont connus et aimés.

Brigitte Muller, première formatrice PTSTA-C formée par Jenni.

Message de notre présidente

30 ans d’engagement : 1981 – couverture du premier numéro de Métamorphose
2011 – Jenni Hine reçoit le prix Muriel James

C’est magnifique de voir dans ces textes une grande partie de l’histoire de l’AT en Romandie et comment Jenni a passé le flambeau à tant de personnes qui continuent à transmettre l’AT inspirées par elle.

L’ASAT-SR fera un don à l’association dans sa ville et une vidéo de Sally Cuenin sera mise en ligne prochainement.

Je pense bien à vous qui avez été proches de Jenni et une spéciale vendredi.

Valérie Cionca

Information de la famille

Avec les restrictions de Covid, nous prévoyons un service de crémation familial privé le vendredi 6 novembre, et il y aura donc d’autres façons de célébrer sa vie – une réflexion tranquille localement à Halesworth, et bien plus tard un événement commémoratif en ligne. Veuillez nous faire savoir si vous souhaitez recevoir plus de détails.

Courriels à maritime123 (chez) gmail (point) com
Lettres à 48 Castle Brooks, Framlingham, Suffolk IP13 9SF, UK
 
Si vous souhaitez faire un don, veuillez choisir l’une des options suivantes :

  • Avaaz, une organisation de base mondiale en ligne, forte actuellement de 46 millions, qui fait pression sur les gouvernements, les organisations, les entreprises et les particuliers en faveur de la justice climatique, des droits de l’homme, de la paix et du changement social. Jenny a donné chaque mois à Avaaz et a signé plusieurs de ses appels à l’action.
  • Pear Tree Fund, un organisme de bienfaisance à Halesworth qui soutient les personnes âgées avec des activités et soins.

Vous aimerez peut-être voir la page d’hommages de Jenni où vous pouvez contribuer des messages et des photos pour partager vos souvenirs et voir ce que les autres ont dit. Nous prévoyons de garder cela actif jusqu’à l’après la célébration de sa vie.

Articles de Jenni Hine

En anglais

Autres langues


Texte sous licence Creative Commons Attribution – Partage dans les mêmes conditions 4.0 International.