Concepts de base en Analyse Transactionnelle


Eric Berne a souhait√© que les concepts de l’Analyse Transactionnelle soient facilement accessibles, et utilisables par un enfant d√®s l’age de six ans. Voici quelques concepts cl√©. En avez-vous d√©j√† entendu parler ?

Ces diff√©rents concepts sont abord√©s d√®s le cours d’introduction AT (101).

Les jeux psychologiques

Le Jeu psychologique se constitue d’une s√©rie d’√©changes plein de sous-entendus qui progresse vers un r√©sultat bien d√©fini et pr√©visible. La personne qui lance le Jeu, au lieu d’exprimer directement ses pens√©es, ses d√©sirs, et ses besoins, utilise les transactions (transactions doubles) pour les camoufler.

Le film Oui, mais… pr√©sente quelques un de ces jeux.



Le Jeu am√®ne des changements dramatiques d’√©tat du moi, des ruptures dans la communication, des escalades dans le conflit et une insatisfaction g√©n√©ralement intense : col√®re, peur, tristesse, culpabilit√©, etc. Il se termine par un malaise, o√Ļ l’un des interlocuteurs au moins √† l’impression de “s’√™tre fait avoir”.

Les Positions de vie

Pour Berne, la position de vie est la manière fondamentale et constante à partir de laquelle une personne se situe face à elle-même et face aux autres :

  • je ne suis pas OK et tu n’es pas OK
  • je ne suis pas OK et tu es OK
  • je suis OK et tu n’es pas OK
  • je suis OK et tu es OK

Ce concept permet de comprendre la dynamique existentielle √† partir de laquelle une personne a construit son identit√© et comment elle √©tablit aujourd’hui des relations positives ou n√©gatives de fa√ßon coh√©rente avec son histoire. La mise en √©vidence de la position de vie est un √©l√©ment d√©terminant dans le traitement du sc√©nario et l’orientation vers la gu√©rison.

Les soifs

Berne a mis en évidence trois besoins essentiels à tout être humain :

  • soif de stimulation
  • soif de reconnaissance
  • soif de structure.

Ces besoins doivent √™tre satisfaits pour qu’une personne se maintienne dans un √©tat d’√©quilibre physiologique et psychologique. Au cours d’un accompagnement, la prise de conscience d’un manque dans la gestion de ces besoins peut aider le sujet √† changer et √† envisager de nouvelles options allant dans le sens de sa sant√© et de sa gu√©rison.

Les √Čtats du Moi

Selon Berne, “un Etat du moi est un syst√®me coh√©rent de pens√©es et de sentiments mis en √©vidence par un type de comportement correspondant”. L’ensemble de ces √©tats du moi constitue la personnalit√© de l’individu.

Le Parent

Les comportements, pens√©es, sentiments des parents ou d’autres figures parentales influentes sont int√©rioris√©s et deviennent, √† l’√Ęge adulte, une partie distincte de la personnalit√©. Cet √©tat du moi va s’activer chaque fois que nous avons √† prendre soin ou √† exercer un contr√īle. Nous le dirigeons vers autrui, ou envers notre propre √©tat du moi Enfant.

L’Adulte

Il est constitu√© d’un ensemble complexe d’informations acquises par la perception et par les sens. Il repr√©sente la vie telle que la personne l’a exp√©riment√©e √† une √©tape de sa vie en termes de pens√©es, de sentiments et de comportements avec les conclusions logiques qu’elle en a tir√©es. Il se manifeste chaque fois que la personne pense, sent et agit de mani√®re coh√©rente avec la situation du moment. Son fonctionnement √©chappe √† l’affectivit√© et au jugement de valeur.

L’Enfant

Aux niveaux des s√©quences de pens√©es, de sentiments et de comportements, ce syst√®me ressemble √† l’enfant que nous avons √©t√© jadis. A tout moment de la vie, il peut √™tre stimul√© par des situations qui nous invitent √† r√©activer la fa√ßon d’√™tre de notre enfance : excitation, angoisse, vuln√©rabilit√©, etc. Il exprime les besoins, sensations, √©motions, toute l’affectivit√© de l’individu qui s’est d√©velopp√©e dans l’enfance.

Les Transactions

On appelle transaction un √©change entre deux √©tats du moi, constitu√© d’un stimulus et d’une r√©ponse √† ce stimulus. L’analyse des transactions permet de comprendre comment nous communiquons, de rep√©rer et de traiter les dysfonctionnements dans la communication.

Les sentiments parasites

En AT, les quatre sentiments de base sont la joie, la tristesse, la col√®re, la peur. Le petit enfant apprend quelquefois √† r√©primer l’un de ces sentiments qui n’est pas accept√© dans sa famille pour le remplacer par un autre sentiment qui est autoris√©. Il utilise alors ce sentiment dit “parasite” ou “racket” pour obtenir les gratifications et signes de reconnaissance dont il a besoin. Plus tard, il pourra entretenir des relations confuses en continuant inconsciemment √† utiliser ses “sentiments – parasites” dans la relation aux autres.

Le Scénario de vie

Berne d√©finit le sc√©nario comme “un plan de vie inconscient reposant sur des d√©cisions prises dans l’enfance, renforc√©es par les parents, justifi√©es par les √©v√©nements ult√©rieurs, aboutissant √† une fin pr√©visible et choisie”.
Ce concept est fondamental pour saisir la dynamique intrapsychique et interpersonnelle. Il permet de comprendre que les gens prennent dans l’enfance des d√©cisions pour survivre et r√©pondre √† leurs besoins imm√©diats d’amour, de s√©curit√© et de protection, et que plus tard ils continuent inconsciemment √† se conformer √† ces d√©cisions m√™me si elles sont dommageables et les limitent dans leur croissance et leur √©panouissement.

L’Autonomie

Depuis Berne, le but du traitement en AT est orient√© vers la gu√©rison du sc√©nario et l’autonomie. L’autonomie correspond √† l’utilisation par la personne de ses capacit√©s de conscience, de spontan√©it√© et d’intimit√©. La personne autonome accepte la responsabilit√© de ce qu’elle vit, prend ses d√©cisions en fonction de ses crit√®res personnels et non plus pour s’adapter, vit ses sentiments authentiques et les exprime selon ses choix, per√ßoit l’autre et elle-m√™me comme une personne qui a le droit d’exister et m√©rite d’√™tre respect√©e.