Origines et apport de l'Analyse Transactionnelle


Eric Berne, médecin-psychiatre

NĂ© en 1910 Ă  MontrĂ©al, Eric Berne obtient son doctorat de mĂ©decine de l’universitĂ© McGill Ă  25 ans. Il fait ensuite un internat en psychiatrie aux États-Unis, puis pratique au sein de l’armĂ©e et en consultations privĂ©es. Il se forme ensuite Ă  la psychanalyse, titre qui lui est refusĂ© au motif qu’il n’est pas encore prĂŞt. Petit Ă  petit, il conçoit l’Analyse Transactionnelle afin de favoriser des relations et une communication efficaces.

Dans tout crapaud sommeille un prince. Il n’y a pas besoin de tuer le crapaud, il suffit de rĂ©veiller le prince.
Citation attribuée à Eric Berne

Plus sur Berne : Eric Berne aurait 100 ans (Revue AAT) et Wikipedia.

Je suis OK, tu es OK

Pour Eric Berne, chaque individu a de la valeur (Okness), la capacité de penser, et peut prendre de nouvelles décisions.

Sur la base de son expĂ©rience, il fait l’hypothèse que tout problème relationnel peut ĂŞtre rĂ©solu en observant et en modifiant ses interactions avec autrui (Transactions).

Ci-dessous, une entrevue en anglais d’Eric Berne Ă  propos de son livre Des jeux et des hommes.



L’objectif de l’AT est d’encourager chacunâ‹…e Ă  dĂ©velopper sa personnalitĂ©, ses compĂ©tences, son autonomie afin de s’épanouir dans son quotidien et de bien vivre ensemble. L’AT offre des outils simples pour analyser et enrichir sa personnalitĂ©, ses relations humaines, et ses dynamiques au sein de groupes et Ă©cosystèmes.

L’accession Ă  l’autonomie se manifeste par la libĂ©ration ou le recouvrement de trois facultĂ©s : la conscience, la spontanĂ©itĂ©, l’intimitĂ©.

La Conscience. La conscience est la facultĂ© de voir une cafetière et d’entendre chanter les oiseaux selon sa propre manière et non celle qui vous fut enseignĂ©e. […] Un petit garçon voit et entend les oiseaux avec ravissement. Puis le « bon père » arrive, estimant de son devoir de « partager » son expĂ©rience et d’aider au « dĂ©veloppement » de son fils. Il dit : « Ca, c’est un geai ; celui-ci est un moineau. »

Dès que le petit garçon s’occupe de savoir lequel est un geai, lequel est un moineau, il cesse d’ĂŞtre en mesure de voir ou d’entendre chanter les oiseaux. Il doit les voir et les entendre de la façon que le veut son père. Le père a de son cĂ´tĂ© de bonnes raisons, peu de gens pouvant se permettre de passer leur existence Ă  Ă©couter les oiseaux, et plus tĂ´t commencera l’« Ă©ducation » du petit garçon, mieux cela vaudra. Peut-ĂŞtre, quand il sera grand, deviendra-t-il ornithologue.

Quelques personnes, pourtant, parviennent toujours Ă  voir et entendre ainsi qu’autrefois. Mais la plupart des reprĂ©sentants de la race humaine ont perdu la facultĂ© d’ĂŞtre peintres, poètes, musiciens, et ne conservent plus le choix de voir et d’Ă©couter directement, mĂŞme s’ils peuvent se le permettre ; il leur faut voir et entendre de seconde main. Le recouvrement de cette facultĂ© est ici nommĂ© « conscience ».

Eric Berne, Des jeux et des hommes

Plus sur l’AT Ă  travers notre site, les articles de praticien⸱ne⸱s, notre bibliothèque, ou simplement sur Wikipedia.

Une communauté internationale en mouvement

Aujourd’hui, l’AT est pratiquĂ©e en Suisse romande – dĂ©couvrez les tĂ©moignages de 13 praticien·ne·s romand·e·s – et Ă  travers le monde : il existe plus de 60 associations nationales.

L’AT fait aussi l’objet de recherche scientifique, dĂ©couvrez les publications majeures.